Le fils de Jean-Jacques ou la Faute à Rousseau

Lorsque l’on aborde le sujet épineux de la paternité chez Rousseau, on se heurte souvent à des réactions violentes (celles des élèves le sont en tout cas !), à un rejet de cet auteur qui a consacré son Emile à la question de l’éducation, alors qu’il avait abandonné ses cinq enfants. Mais, doit-on pour autant condamner le philosophe, à l’instar de Voltaire ? C’est probablement la question qui a été à la source du beau roman d’Isabelle Marsay intitulé Le Fils de Jean-Jacques ou la Faute à Rousseau.

Ce roman, assez subtilement composé,fait se croiser documents historiques réels (extraits de la correspondance de Rousseau ou passages tirés des Confessions ou des Rêveries du promeneur solitaire) et l’histoire fictive, celle du dénommé Baptiste, fils aîné du philosophe et de sa compagne Marie-Thérèse, qu’il a toujours refusé d’épouser.

L’aspect documentaire du roman est assez important, surtout dans la première moitié du livre. On y apprend le sort réservé aux Enfants Trouvés, qui mouraient le plus souvent avant d’avoir atteint l’âge d’un an. « L’hospice fondé par saint Vincent de Paul au siècle passé était en 1746, un immense mouroir. Les parents pouvaient-ils l’ignorer ? Pouvaient-ils ignorer que l’abandon, fût-ce dans une charitable institution, constituait un infanticide à peine déguisé ? »

En effet, les conditions de vie précaires ne faisaient qu’augmenter les maladies et les nourrices avaient parfois tendance à délaisser ceux qu’elles pouvaient considérer comme une simple source de revenus. Ces enfants, ne faisant finalement plus vraiment partie d’une famille, étaient souvent bien peu considérés et étaient sacrifiés lors des batailles qui faisaient alors rage entre la France, l’Angleterre et l’Espagne.

Mais venons-en à la composante fictive de ce roman. Baptiste, après avoir subi les mauvais traitements infligés par l’entourage de sa première nourrice, est confié à une jeune mère venant de perdre son enfant. L’attachement de Jeanne pour ce bébé devient vite de l’amour maternel. Après plusieurs malheurs, Baptiste devient le fils adoptif (mais surtout spirituel) d’un guérisseur, personnage humaniste, avide de progrès, qui semble incarner les valeurs fondamentales de la philosophie des Lumières.

Ce roman a donc été une belle découverte, instructive et agréable, à conseiller à bien des égards !

Isabelle Marsay, Le Fils de Jean-Jacques ou la Faute à Rousseau, éditions GINKO, 15 €

Billet rattaché au Challenge Romans sous influences de George.

Advertisements
Le fils de Jean-Jacques ou la Faute à Rousseau

6 réflexions sur “Le fils de Jean-Jacques ou la Faute à Rousseau

  1. isabelle marsay dit :

    Merci pour vos commentaires touchants, inspirés, découverts à l’instant et qui vantent les mérites d’un roman qui m’est cher et dont je prépare la suite. en adoptant le même principe narratif pour croiser les destins de Rousseau et de son fils. Bravo pour votre activité de chroniqueuses, que je ne manquerai pas de commenter. bien littérairement, isabelle MARSAY.

    1. Merci beaucoup de votre visite et de votre commentaire ! Il est rare que l’on ait des retours des auteurs … Je lirai attentivement la suite de ce roman dès sa publication ! Bonne continuation !

    1. Je pensais à la littérature, mais pourquoi pas en philo effectivement ! Quoi qu’il en soit, si le livre était en poche, ce serait intéressant de le faire étudier dans le cadre des réécritures !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s