Albert Nobbs

Il y a quelques films qui valent la peine d’être regardés juste pour la performance d’un acteur. Albert Nobbs, le dernier long métrage de Rodrigo Garcia en fait partie.

Glenn Close interprète le rôle d’une femme ayant du se travestir en homme, trente années durant, au XIXème siècle, afin de pouvoir trouver du travail. Albert Nobbs est un personnage énigmatique mais est aussi le majordome respecté d’un hôtel irlandais. Les apparences quelque peu androgynes d’Albert n’ont jamais semé le doute chez les clients ou le personnel.

Mais tout se gâte lorsque sa patronne lui demande de partager son lit avec un ouvrier venu faire quelques travaux de rafraîchissement dans l’hôtel. Le soir venu, Albert se couche près de lui mais une puce vient quelque peu perturber le bon déroulement de la nuit et le pot aux roses est découvert !

Albert est anéanti et craint que la vérité n’éclate le lendemain… jusqu’à s’apercevoir qu’elle n’est pas la seule à dissimuler sa véritable identité. Un avenir meilleur semble alors enfin se profiler et le fardeau du secret se fait un peu moins lourd…

Le film aborde donc la question de l’identité et met en scène les difficiles relations entre hommes et femmes. Le travestissement d’Albert n’est pas sans rappeler celui du chevalier d’Eon, qui par son habillement était assimilé à une femme. Mais, le personnage joué par Glenn Close n’éprouve aucune joie à être un homme, elle semble simplement profiter des opportunités qui lui sont offertes. Et c’est bien la situation de la femme à l’époque qui est dénoncée. L’homosexualité n’est présente qu’à travers le personnage d’Herbert Page, qui est le double « assumé » d’Albert, son mentor en quelque sorte.

Glenn Close incarne avec brio son personnage en faisant ressortir toute sa complexité.  Et quel contraste avec la marquise de Merteuil, dans le film de Stephen Frears !

DVD disponible le 04 juillet 2012. Le roman de George Moore a été réédité par Pocket, pour la sortie du film.

Publicités
Albert Nobbs

8 réflexions sur “Albert Nobbs

  1. J’ai beaucoup aimé ce film, que j’ai trouvé à la fois très fort et très fin. Pas trop compris que les critiques aient le plus souvent été négatives

    1. C’est peut-être ce que dégageait le personnage de Nobbs qui les a gênés… Je n’avais lu que la critique de Télérama à la sortie du film, je crois qu’ils saluaient surtout la performance de G. Close.

  2. Tu as raison, Telerama a bien reconnu les qualités du jeu de G. Glose. Par contre je les trouve très sévères pour le réalisateur et les autres acteurs – je ne l’ai pas ressenti comme eux, j’ai vraiment marché! « A côté d’elle, tout paraît fade dans cette description ronronnante, académique, des ­misères et con­traintes de l’ère victorienne. Et les autres protagonistes, même la seconde « travestie » du film, sont des figurants à côté de ce pantin bizarre et captivant… Plutôt qu’un film, c’est un vrai « one-man/woman-show ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s