L’étirement du plexus brachial, aïe aïe aïe

C’est d’une drôle de BD dont je vais vous parler aujourd’hui… Son titre étrange, L’étirement du plexus brachial, aïe, aïe, aïe a piqué ma curiosité !

L’histoire est assez simple : un couple attend son premier enfant. Jusqu’ici, tout va bien. Mais, la grossesse passe lentement, l’accouchement est tardif, dure très très longtemps (24 heures tout de même) et ne se passe pas aussi bien que ne l’espéraient les parents. Le bébé doit être tiré à l’aide d’une ventouse… malheureusement celui-ci a la mauvaise idée de glisser son bras au dessus de sa tête avant l’acte délicat. Son bras subit donc un étirement dont les conséquences peuvent être bénignes (remise au bout de quelques jours) ou plus grave (paralysie ou rupture des nerfs nécessitant une opération chirurgicale). S’en suit alors une course folle auprès de différents médecins, ayant tous, plus ou moins des avis opposés.

Bien que le sujet soit assez sensible, il n’en est pas moins traité avec humour et est l’occasion de raviver la satire des médecins, assez courante dans la littérature classique. En plus de se tirer dans les pattes, ceux-ci ne daignent pas expliquer, encore moins rassurer les jeunes parents, affolés par ce fameux étirement du plexus brachial.

Les questions, parfois épineuses comme celle de la vaccination, parfois plus légères que se posent les jeunes parents sont assez bien mises en lumière. Même si l’humour permet de mettre à distance la réalité de la maladie, la souffrance de l’enfant et la culpabilité de la mère donnent une certaine profondeur à la BD. Comment, en effet, accepter d’infliger une souffrance à son enfant même si c’est pour le soigner, surtout si les tenants et les aboutissants du traitement n’ont pas été expliqués clairement ?

Bien sûr, cet album ne plaira pas à tout le monde (ne serait-ce qu’à cause des thèmes abordés, la maternité d’abord et la maladie enfantine) et ne touchera probablement réellement que les parents ayant connu une situation plus ou moins similaire. Mais, c’est tout de même une découverte assez intéressante ! Pour moi, le bémol se situe surtout au niveau graphique : je n’ai pas du tout aimé les dessins (et c’est bien dommage pour une BD !), à l’exception de ceux croqués par le jeune papa, double de l’auteur.

Sylvain-Moizie, L’Etirement du plexus brachial, éditions Shampoing

L’étirement du plexus brachial, aïe aïe aïe

4 réflexions sur “L’étirement du plexus brachial, aïe aïe aïe

  1. Le sujet et son traitement me plaisent, j’ai cherché quelques planches et illustrations suite à ta remarque sur le dessin et moi non plus, ça n’est pas un style qui me tente. Je suis quand même curieuse de cette BD.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s