Petits contes de printemps

Les petits contes de printemps, parus en 1907, relèvent plus des fragments de journal intime que des contes au sens où on l’entend habituellement. Ces courts textes aux tonalités différentes offrent un aperçu de la vie de l’écrivain japonais Sôseki, partagé entre ses souvenirs de voyage d’études à Londres et son retour àTokyo.

Si certains « contes » sont réalistes, d’autres comportent quelques éléments fantastiques : un serpent qui parle,  un incendie dont il ne reste aucune trace, une reproduction de La Joconde portant malheur… La part laissée à l’imagination, et son lien avec la mémoire, est donc assez importante. Les thèmes abordés dans ces petits contes sont récurrents : l’expérience de la solitude, la nostalgie, le poids du secret, l’enfance, le rapport à la mort… Plusieurs histoires se déroulent au printemps également même si la saison ne fait pas l’objet d’une description précise.

Les histoires sont souvent suggérées en peu de mots et naissent d’une observation minutieuse des petits riens du quotidien. Une certaine quiétude se dégage de ce recueil aux accents parfois philosophiques puisque les personnages font l’épreuve de l’impermanence et ainsi réussissent à savourer la beauté de l’éphémère : « Cet instant est beau. »

Mais, les contes ne sont pas pour autant détachés de notre société : l’aspect presque diabolique de l’argent côtoie une réflexion sur l’amitié qui semble nécessairement s’effriter au cours du temps à cause des différents chemins qui s’offrent à nous.

Si ces courts récits ne me laisseront probablement pas un souvenir impérissable, j’ai tout de même aimé cette atmosphère dépaysante rendue par les descriptions poétiques et la présence des termes japonais évoquant la cuisine ou l’habitat.

Outre le conte relatant l’étrange pouvoir de Monna Lisa, j’ai beaucoup aimé la dernière histoire, celle du professeur Craig, un homme qui a renoncé à toute ambition professionnelle pour se consacrer entièrement à l’élaboration d’un « lexique Shakespeare ».

Une lecture à conseiller aux amoureux du Japon !

Sôseki, Petits contes de printemps, éditions Picquier

Petits contes de printemps

2 réflexions sur “Petits contes de printemps

  1. Je ne suis pas trop « versée » dans la littérature japonaise contemporaine (à part Murakami^^), donc je note, j’aime les histoires courtes et j’ai déjà entendu parler de Soseki…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s