Red room lounge

« (…) C’est comme si le monde, autrefois hermétique, compact et parfait, s’était ouvert… Non, comme s’il s’était fissuré, et à l’intérieur, à l’intérieur… »

Red Room Lounge est le tout premier roman de Megan Abbott, que l’on connaissait déjà en France pour son roman Adieu Gloria.

Lora King, une jeune enseignante, coule des jours heureux avec son frère Bill, policier. Tous deux sont très proches et vivent ensemble dans la maison héritée à la mort de leurs parents. A la suite d’un accident de voiture, Bill tombe sous le charme d’une des victimes, Alice Steele, une jeune femme à la beauté envoûtante et puissante. Leur mariage presque immédiat va bouleverser la petite vie tranquille de Lora.

Devenues « soeurs », Alice et Lora passent de nombreuses heures ensemble. Très vite, Lora va elle aussi se sentir envoûtée, fascinée par cette femme qui semble cacher un mystère douloureux et va peu à peu être entraînée dans une spirale la menant de danger en danger. En réalité, c’est plutôt le phénomène d’attraction / répulsion qui est à l’oeuvre dans ce roman… et ce phénomène ne va pas sans une certaine jalousie puisque Lora sent son frère totalement possédé par son épouse.

Au premier abord, Alice est une jeune femme parfaite : elle entretient de bons rapports avec les voisins, a une maison parfaitement nettoyée… Mais Lora va de découvertes en découvertes, comprenant peu à peu que sa belle-soeur vient d’un milieu peu fréquentable où se côtoient prostitution, crime et drogue.  C’est donc un univers très sombre, parfois violent que nous livre Megan Abbott dans ce thriller.

J’ai été tentée de le lire rapidement car l’intrigue est prenante et le suspens très présent. Le roman se lit donc assez facilement même si la fin reste toute de même assez complexe : on ne comprend réellement tous les tenants et aboutissants que dans les dernières pages, comme dans tout bon  policier !

Si j’avais un bémol à apporter à ma lecture, ce serait par rapport à la traduction, qui ne m’a parue pas toujours respecter la syntaxe française  :

On trouve par exemple « Venant d’un homme si impeccable. » pour phrase complète (p 130), ou encore  « la musique nous carbonise tous les deux » (p 176)…

Quoi qu’il en soit, ce roman reste une belle découverte, un roman noir en forme de hiéroglyphe  plongeant ses lecteurs dans l’ Amérique des années 50 et offrant un univers assez riche et captivant.

Un grand merci à Newsbook et aux éditions du Masque pour ce partenariat !

Megan Abbott, Red Room Lounge, éditions du Masque, novembre 2011, 20 euros.

Billet rattaché au challenge Thriller organisé par Cynthia.

Publicités
Red room lounge

4 réflexions sur “Red room lounge

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s