Il a jamais tué personne, mon papa

« (…) il y en a un qui dit que mon papa, il avait fait le serment du Picrate. C’était une bonne idée. J’ai regretté de ne pas l’avoir eue avant lui. Le soir, je l’ai raconté à maman, ça l’a fait bien rire, mais elle m’a dit de ne pas en parler à papa. Lui, ça ne l’aurait pas fait rire. »

Jean-Louis Fournier aborde parfois des thèmes assez sombres dans ces romans, comme dans Où on va, Papa ? qui évoquait les rapports qu’un parents peut entretenir avec son enfant handicapé, sans jamais tomber dans le pathos, bien au contraire.

C’est un peu sur le même mode qu’il revient sur la figure paternelle dans Il a jamais tué personne, mon papa.

Le docteur Fournier était un drôle de médecin, un peu dans la lune, étrangement vêtu et chaussé (des élastiques de bocaux fermaient ses chaussures par exemple…) mais toujours prêt à rendre service… si son état le lui permettait !

Avec un style un peu relâché et une parlure enfantine (thématisation avec reprise du « mon papa, il » caractéristique des jeunes enfants ; absence de la double négation…), Jean-Louis Fournier évoque tout au long de ce portrait l’alcoolisme qui rongeait peu à peu son père et qui détruisait la famille. Plus qu’un récit, le portrait est établi par petites touches, comme des petites saynettes, souvent comique au premier abord, mais bien tristes finalement…

L’humour et le cynisme parfois dont fait preuve Fournier sont autant de mises à distance avec la maladie et l’addiction mais aussi avec le manque de reconnaissance dont il a apparemment souffert une bonne partie de son enfance.

Dans la postface, c’est le narrateur adulte qui vient préciser ou adoucir ce qu’a pu dire le narrateur enfant : « Maintenant, j’ai grandi, je sais que c’est difficile de vivre, et qu’il ne faut pas trop en vouloir à certains, plus fragiles, d’utiliser des « mauvais » moyens pour rendre supportable leur insupportable. »

Un livre poignant, drôle en dépit du sujet abordé, burlesque,  à la construction intelligente qui ne peut pas laisser indifférent et laisse un goût d’amertume malgré tout…

Il a jamais tué personne, mon papa

4 réflexions sur “Il a jamais tué personne, mon papa

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s