Asiles de fous

« Vous avez dû trouver cette famille étrange, mais plus encore que les histoires d’amour, toutes les familles sont des asiles de fous. »

J’ai découvert il y a peu le roman Asiles de fous de Régis Jauffret. Ce titre a attiré mon attention comme je participe au challenge Psy organisé par The book addictes. Eh bien, question de fous, je n’ai pas été déçue !

Le début du roman est un peu obscur mais très vite on comprend qu’il s’agit d’une rupture amoureuse : Damien a décidé de quitter Gisèle sans le lui annoncer. C’est son beau-père qui vient le lui apprendre, un beau matin, en changeant le robinet de la cuisine. Il y a de quoi se sentir chamboulé(e)!

L’originalité du récit réside dans le traitement de la narration. Plusieurs personnages (Gisèle, Damien, le beau-père, la belle-mère) prennent en charge le récit. Le changement de narrateur se fait toujours très brusquement, sans aucun signal permettant au lecteur de comprendre que les lignes qu’il va lire ont été dictées par un autre point de vue : une petite mise en abyme et hop! c’est au tour du lecteur de devenir fou (momentanément certes ! )…

Les névroses des personnages sont bien sûr mises en lumières mais finalement c’est plus leur côté psychotique qui est révélé au fil des pages… La folie « ordinaire » est explorée à travers le prisme de l’amour : l’ amour qui unit un couple mais aussi et surtout l’amour maternel, complètement étouffant, quasiment incestueux qui s’immisce dans la vie de Gisèle…mais souvent à la source de passages savoureux :

 » Vous me prenez pour une folle et vous avez raison. Je suis sa mère. J’ai perdu la raison en perdant les eaux. »

Roman qui joue avec le lecteur, qui lui fait suivre un parcours à travers les méandres de la folie, Asiles de fous n’en est pas moins un récit subtilement construit : la fin du livre est comme une invitation à relire la première partie du livre afin de mieux la comprendre.

J’ai apprécié cette lecture, très agréable par le maniement d’une langue poétique, tantôt cynique, tantôt burlesque mais toujours inattendue et non dénuée d’humour!

 » Notre avenir n’est pas tracé, nous nous modifions beaucoup trop, nous sommes chaotiques, et je me dis parfois qu’à notre mort nous laisserons derrière nous la myriade de cadavres de tous ces gens que nous avons été pleinement, mais l’espace d’un instant, d’une semaine ou de quelques années. »

Asiles de fous

4 réflexions sur “Asiles de fous

  1. Merci pour ce billet, tu m’as donné envie. J’adore la citation des propos de la mère! Je note cet ouvrage sur mes tablettes, et bien! j’ai de quoi faire 🙂
    Bon week end.
    A bientot

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s