Shutter island

  « Si on vous juge dément, alors tous les actes qui devraient prouver le contraire sont interprétés comme ceux d’un dément. Vos saines protestations constituent un déni. Vos craintes légitimes deviennent de la paranoïa. Votre instinct de survie est qualifié de mécanisme de défense. C’est sans issue. L’équivalent d’une condamnation à mort, en quelque sorte. »

Après avoir vu le film réalisé par Martin Scorsese et lu la bande dessinée, j’ai eu envie de lire le thriller, écrit par Dennis Lehane qui est en à la source.

Remarquablement construit, se perdant dans les méandres de l’enquête et de la folie, Shutter island met en scène un marshal, Teddy Daniels, venu enquêter officiellement sur la disparition d’une patiente, Rachel Solando, qui se serait échappée d’un hôpital psychiatrique, implanté sur Shutter island, n’accueillant que des criminels dangereux. Officieusement, le policier est venu traquer un autre partient, Andrew Laeddis, pyromane qui aurait causé la mort de sa femme, Dolores.

L’atmosphère crée par ce thriller est celle d’un huis-clos : le caractère insulaire du lieu se ressent vraiment et la tempête qui fait rage est propice à l’instauration d’un climat assez inquiétant. Dans la bande dessinée, les tons sombres (entre le vert et le marron) des planches contribuent à renforcer cette idée et à donner une connotation presque cauchemardesque à l’enquête.

Très vite, Teddy et son coéquipier, Chuck Aule, se heurtent à l’administration de Shutter Island : les médecins et les directeurs semblent sans cesse leur mettre des bâtons dans les roues. Teddy semble de plus en plus vulnérable, assailli par de violentes migraines et des tremblements inquiétants. Malgré cela, il tente de déchiffrer des énigmes, sous forme de code, laissées par Rachel Solando, portant notamment sur l’identité du patient n° 67, alors que seuls 66 malades sont répertoriés à l’hôpital …

Teddy doit aussi enquêter sur les techniques de soins utilisées pour traiter la folie, de la plus douce à la plus violente : la psychothérapie verbale, la psychopharmacologie et enfin la psychochirurgie, apparemment utilisée à des fins terrifiantes sur Shutter Island.

Mais, un jour, Chuck disparaît. Teddy se retrouve seul tandis que le personnel lui affirme qu’il n’y a jamais eu qu’un seul marshal venu enquêter sur l’île…

Ce thriller joue si bien avec les attentes du lecteur qu’il est vraiment difficile de déchiffrer le fameux code avant de tourner la dernière page ! A lire et à voir au moins une fois afin de pouvoir mieux comprendre la structure narrative du récit!

Roman lu dans le cadre du Challenge psy, organisé par The book addictes & du Challenge Thriller, proposé par Cynthia.

Advertisements
Shutter island

3 réflexions sur “Shutter island

  1. Merci beaucoup pour ta participation, je compte le lire aussi. J’ai eu quelques soucis avec le net, je suis en retard, mais ça y est c’est à jour sur notre blog!!!
    A bientôt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s