Mon maître Ulysse

« L’Iliade et L’Odyssée furent le flambeau qui ralluma la flamme de l’hellénisme pour éclairer le monde entier. Jusqu’à présent il en reste quelques braises qui brûlent encore. »

Tout commence par le départ pour l’hôpital de la mère d’un des personnages principaux, Vangélis. Celle-ci, proche de la mort, lui assure qu’elle reviendra avant qu’il ait terminé les deux épopées d’Homère. Les années passent et Vangélis reste fasciné par les récits homériques à tel point qu’on a l’impression qu’il place sa vie sous l’égide des personnages de L’Iliade et L’Odyssée. Son rêve le plus fou est de se rendre à Ithaque. Face aux refus répétés de son père, il décide de s’y rendre seul. Sur le chemin un dramatique accident de moto a lieu. Tandis que les médecins essayent de sauver ce qui peut l’être puisque la mort cérébrale a emporté les facultés du personnage, l’esprit de Vangélis rencontre Eumée, « le vieux porcher, envoyé des Dieux de L’Olympe » car les Dieux olympiens n’arrivent pas à trancher : Si Vangélis n’est pas assez mauvais pour mériter l’enfer, est-il assez vertueux pour aller au Paradis ? J’ai d’ailleurs apprécié la pointe d’humour du narrateur à ce moment là : Si Vangélis a une seconde chance, c’est bien parce qu’il aime les belles lettres ! A bon entendeur…

Le livre fait alors alterner un récit encadrant (Vangélis à l’hôpital) et un récit enchâssé (la réécriture des textes homériques). La majeure partie du récit est consacrée à la réécriture des textes homériques. La fiction est sans cesse relayée par une critique qui se veut plus ou moins universitaire. Les références précises aux textes et les noms des personnages cités en grec ancien alourdissent très souvent le récit puisqu’elles se trouvent dans le corps même du texte de Balt… C’est d’ailleurs regrettable car l’ouvrage a été classé comme « littérature jeunesse »… Il me semble qu’il soit davantage destiné à un public averti, connaissant parfaitement les textes homériques…

En réalité le livre de E. Balt se compose de deux parties : une longue introduction suivie d’une exposition d’autres « arguments » visant à réfuter les thèses habituellement admises à propos des textes homériques.  Ce que l’auteur essaie de démontrer c’est que L’Iliade et L’Odyssée ne relèvent pas d’une tradition orale (il est impossible de retenir un si grand nombre de vers) mais auraient été écrits en même temps que les événements se déroulant en 1200 avant J.-C., par deux femmes que le lecteur retrouve sous les traits de Circé pour L’Iliade et de Calypso pour L’Odyssée. Homère ne serait que l’aède ayant découvert ces textes et les ayant chantés puis fait découvrir à ses contemporains.

Balt explique que L’Iliade serait une compilation de chants écrits par différentes prêtrises qui ignoraient à l’époque ce que faisaient les autres d’où les contradictions ; c’est ce que l’auteur appelle la « transgression du temps ». Les incohérences des deux textes sont mises en lumière. Le rôle de Briséis serait à revoir notamment. L’auteur part également du principe qu’il est impossible que les dieux aient demandé à Agamemnon de sacrifier Iphigénie car des divinités n’exigeraient pas d’un père qu’il tue sa fille… Pénélope est aussi présentée comme une femme infidèle, ne résistant pas aux demandes de ses nombreux prétendants. Mais Ulysse lui-même aurait insisté pour que figure plusieurs fois dans les textes la référence à la constance et à la fidélité de son épouse… Il me semble regrettable que l’on ait une telle confusion entre la vérité et la fonction d’un mythe dans cet ouvrage. Balt en donne sa version mais le rôle des mythes n’est-il pas de permettre aux Hommes d’avancer dans leurs questionnements, dans leurs quêtes à travers un récit fictionnel et donc faux ? Les arguments avancés par l’auteur n’ont pas su me convaincre… peut-être parleraient-ils davantage aux spécialistes hellénistes.

« Quand on lit un tel livre, il faut pouvoir discerner la réalité du mythe ; ces deux notions sont très importantes. La réalité, c’est la vérité. (…) Et le mythe, c’est ce qui pourrait être vrai, mais qui ne l’est pas. »

Je remercie Les Agents littéraires et Chantal Perrin des éditions Persée pour ce partenariat.

Cette lecture s’inscrit également dans le cadre du Challenge des Agents littéraires

 E. BALT, Mon Maître Ulysse, Les éditions Persées, 243 pages, 19.50 euros.

Mon maître Ulysse

Une réflexion sur “Mon maître Ulysse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s