Prodige de Nancy Huston

J’ai découvert Nancy Huston il y a quelques années, à la fac. On me l’avait présentée comme la femme du grand Tvetan Todorov. Eh bien il n’y a pas que monsieur qui ait du talent ! Je viens de dévorer en un peu plus d’une heure , un de ses courts romans, Prodige, qui m’a énormément plu et que j’ai trouvé très poignant.

En fait de prodige, il y en a plusieurs dans ce récit : l’histoire commence par la naissance d’une grande prématurée de 24 semaines, Maya, fille de Lara, pianiste. Pendant de longues semaines, la mère met toutes ses forces à parler à sa fille, à lui parler de musique pour que cet art la porte et lui permette de vivre. Les quelques pages où les parents de Maya ne savent pas si leur enfant naîtra sont réellement bouleversantes. Tout est fait pour donner l’impression que c’est bel et bien la musique qui provoque la naissance de l’enfant

« Que la musique soit comme l’origine et la maison de Maya »

Le miracle se produit, Maya est non seulement vivante, mais devient une très jeune pianiste hors pair, qui ne joue pour vivre la musique et qui la ressent jusqu’au plus profond de son être. Mais le couple formé par parents, probablement un peu anéantis par ce combat contre la mort, vole en éclat même si les deux personnages ne cessent de tenter de se retrouver tout au long du récit tandis que leur fille vole vers l’ébauche d’ une carrière musicale exceptionnelle.

C’est donc bien la musique qui est le souffle même du texte : roman polyphonique qui fait s’alterner les voix d’une petite dizaine de personnages, récit sur les pouvoirs de la musique mais aussi sur cette passion qui peut mener jusqu’au tragique…

Les personnages secondaires permettent d’apporter une touche de légèreté qui n’est pas de trop dans ce roman qui ne peut laisser le lecteur indifférent : la grand-mère russe de Maya et le duo masculin formé par le voisin et son neveu, passionné d’étude des insectes apportent un contre-chant au sérieux et à la peine qui étreignent Lara. En effet, un soir, cette dernière ne rentre pas à la maison …

Je ne peux donc que vous recommander la lecture ce court roman qui laisse la part belle à la musique, par son thème et par la poésie des mots de Nancy Huston!

En guise de conclusion, un extrait que j’ai trouvé magnifique :

« La beauté est passage : frêle dentelle arachnéenne tendue entre nous et le néant. Beauté intolérante, intolérable. Plaie, et baume sur la plaie. Temps pur, mortalité pure, advenant et repartant sans laisser de traces. Tout comme moi. Mon coeur bat, bat, bat la mesure : pourquoi ? pour cesser de battre. Pour que le silence rejoigne enfin le silence. Nous sommes à peine là. Notre temps est compté. Ecoute-le : il se compte ! Nous mourons ! Voilà ce que la musique fait oublier et fait éclater dans le même moment. »

Nancy Huston, Prodige, Actes Sud, collection Babel

Billet rattaché au challenge proposé par Anne 

Publicités
Prodige de Nancy Huston

2 réflexions sur “Prodige de Nancy Huston

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s